Mudras et Qi Gong médical

Mudras et Qi Gong médical

Avez-vous remarqué que beaucoup de nos personnalités publiques (artistes, politiciens…), ne peuvent pas s’empêcher de poser devant les photographes sans faire des gestes avec leurs mains et leurs doigts!

Tout le monde y va de son interprétation.

Ça peut aller de simples signes de reconnaissance chez certains gangs américains:

 

A des interprétations un peu plus « olé olé » (satanistes, illuminatis…):

On retrouve ces mêmes gestes à travers l’histoire:

Personnellement, je partirai plus là-dessus :

Et oui, nos amis vulcains nous auraient rendu une petite visite amicale mais au fil des siècles, ce qui n’étaient que de simples formules de politesses pour dire bonjour par exemple, ont été déformées avec le temps 😜:

Mais plus sérieusement, ces gestes nous rappellent les mudras de la tradition indienne.

Les mudras

Mudrā est un terme sanskrit qui aurait deux significations:

  • devanāgarī : मुद्रा qu’on peut traduire par « signe » ou « sceau »
  • ou  si on décompose le terme, on a la syllabe « mu » qui signifie bonheur et dru mettre en valeur.

Les mudras sont des « chorégraphies » faites avec les doigts et les mains qui nous viendraient de la culture védique.

En ce qui nous concerne, nous allons plutôt nous intéresser aux mudrās dans la culture taoïste et bouddhiste.

Les mudras dans la Chine ancienne.

Les mudrās étaient une pratique destinée aux initiés.

Dans la tradition, les mudrās sont appelées:

  • Shoujue chez les taoïstes
  • Shouyin (shǒuyìn) chez les bouddhistes

En Chine, on utilise plus le terme shouyin empreinte de main.

On les utilise depuis les dynasties du Sud (420-558) pour exorciser et contrôler des « entités » et pour soigner des maladies.

On forme, via une gestuelle ou une position des mains, un « symbole » qui génère des interactions et des transformations énergétiques et spirituelles. L’objectif étant de stimuler et d’augmenter les potentiels physiques, énergétiques et spirituels.

Ces symboles faits avec les mains font partie intégrante des pratiques des maîtres de Qi Gong taoïstes et bouddhistes.

On les utilise avec une main ou les deux.

Selon le classique taoïste, Tianhuang Zhidao Taiqing Yuce 天皇至道太清玉冊 de Zhu Quan de la dynastie des Qing, les mudras servent à:

  • communiquer avec le Dao
  • invoquer les généraux célestes
  • exorciser les démons et les esprits
  • soigner les maladies

Les mudras peuvent être utilisés avec des incantations ou des mantras. On en a un aperçu dans les mangas ou les films d’arts martiaux chinois et japonais.

Les mudrās et cinémas

On peut voir les mudras dans les représentations de Bouddha, des divinités indiennes et des danseuses indiennes qui leur rendent hommage dans leur danse.

Mais les références aux capacités acquises grâce aux mudras se retrouvent dans le cinéma chinois:

et les mangas japonais:

Comme dans le manga 异形人鬼若丸 « Atypical Man Guirui Pill » ou dans Naruto, un des mangas les plus populaires de tous les temps, dans lequel l’utilisation des mudras est une science à part entière.

Que ce soit dans le cinéma chinois ou les mangas, les mudras utilisés sont quasiment tous les mêmes et on la même origine, les « Véritables paroles des neuf caractères » 九字真言 de Ge Hong 葛洪.

Ge Hong, connu aussi sous le nom de Zhichuan, est un alchimiste taoïste, un lettré reconnu, un médecin et un philosophe.

C’est dans un de ces ouvrages, le Baopuzi 抱朴子 (bàopǔ zǐ) « « celui qui embrasse la simplicité », que sont décrit ces neufs mudras.

Le Baopuzi se divise en deux œuvres:

  • le Neipian  內篇 qui traite de sujets ésotériques sur 20 chapitres. On y trouve les « techniques » taoïstes d’immortalités.
  • le Waipian 外篇 composé de 50 chapitres qui traitent de sujets plus terre à terre (politiques, littéraires, militaires…).

Il a acquit un tel savoir sur l’alchimie taoïste qu’il est considéré comme un immortel. On peut trouver des temples qui lui sont consacrés.

Décrire ces neufs mudras, leurs utilités et comment ils ont été récupérés par les ninjas japonais mériteraient plusieurs articles.

On va rester dans notre sujet.

Les mudras dans le Qi Gong médical.

Le Qi Gong médical est une pratique qui vise à traiter les patients (usagers) en utilisant le Qi Gong:

  • on lui prescrit des exercices de Qi Gong qu’il reproduira chez lui
  • et/ou on traite l’usager directement en Qi Gong

Les mudras font partie de l’arsenal du praticien en Qi Gong médical.

On peut prescrire des mudras aux patients mais nous les utilisons en priorité dans d’autres cas:

  • pour développer nos propres capacités physiques, énergétiques et spirituelles.
  • pour traiter le patient en mobilisant des énergies spécifiques.
  • pour traiter des cas qui dépassent le cadre de la médecine chinoise comme elle a été redéfinie depuis ces dernières décennies. Le genre de cas où on utilise des mantras, des talismans et des mudras séparément ou en les combinant pour avoir de meilleurs résultats.

Les mudras peuvent être utilisés à deux mains ou à une main.

Pour comprendre l’utilité de ces mudras, nous devons avoir des connaissances sur les concepts de la tradition taoïste et bouddhiste:

  • le Yi King
  • le Bagua
  • les branches terrestres et les troncs celestes
  • les cinq mouvements
  • le carré magique ( 洛书  luò shū )
  • les dan tian
  • les méridiens

Oui ça fait beaucoup, à ceci s’ajoute le fait qu’il n’y a pas de consensus sur les mudras. Chaque école, qu’elle soit taoïste ou bouddhiste, à sa propre grille de lecture.

L’avantage c’est qu’il y en a pour tous les goûts et pour toutes les occasions.

On peut aussi pratiquer les mudras sans forcément les comprendre, comme on peut conduire une voiture sans connaître la mécanique.

Les mudras pour « se renforcer ».

Le praticien en Qi gong médical travaille sur ces trois Dan Tian, pour cela il peut utiliser des mudras spécifique.

Il peut stimuler son Dan Tian inférieur, en utilisant un mudra bouddhiste qui a la particularité de transformer le Jing du Rein en Qi du Rein et de remplir la Mer des Moelles, ce qui aura pour conséquence comme le dit le chapitre 33 du Ling Shu:

« Si la Mer des Moelles est abondante, la vitalité est bonne, le corps se sent léger et agile, l’espérance de vie est bonne ; si elle est vide, l’individu souffre de vertiges, d’acouphènes, de vision trouble, de fatigue et a un grand désir de repos ».

Mudra du Dantian inférieur

 

Les mudras dans les soins.

On peut aussi prendre l’exemple des mudras taoïstes à une main. Une des représentations de la main est:

On peut intervenir sur les organes en faisant des combinaisons entre le pouce et les autres doigts.

Dans la pratique des soins sur les patients, certains praticiens en Qi Gong médical mobilisent l’énergie yang (chaude) ou yin (froide) avec un mudra spécifique avec la main gauche, « mélange » cette énergie avec leur Qi au niveau du Dan Tian inférieur et utilise le « fruit » de cette combinaison avec l’autre main via un mudra différent sur le patient.

L’objectif est de réguler des syndromes de Chaleur et de Froid avec des énergies Yin (froides) ou Yang (chaudes).

On a vu sur la photo précédente que:

  • l’index et le majeur correspondent au Bois et au Feu donc à des énergies Yang
  • l’annulaire et l’auriculaire correspondent au Métal et à l’Eau qui sont des énergies Yin

On mobilise ainsi ces deux types d’énergies en utilisant les doigts correspondants.

Par exemple pour les syndromes de Froid, le praticien utilise son index et son majeur.

Voici les mudras qu’il peut utiliser dans ce cas:

 

Dans nos cultures occidentales, on nous apprend aussi très tôt des mudras super puissant !!!

Comme celui là:

Il a une double fonction:

  • il scelle une promesse « croix de bois, croix de fer si je ment je vais en enfer! » 😛
  • si on fait ce mudra discrètement avec la main dans le dos, ça annule une promesse faite en même temps!

C’est bizarre comme concept mais ça doit être une histoire de Yin Yang!

Il y a aussi des mudras universelles qui se font spontanément à une ou deux mains comme vient de le montrer au monde entier Mr Diego Maradona suite à la victoire d’un match de foot de son pays (No comment):

Après l’auteur de « la main de Dieu », voilà un autre mudra, plus élégant et plus spirituel, effectué régulièrement par un « médiateur » entre Ciel et Terre pour une partie de l’humanité:

C’est un geste de bénédiction qui unit l’index et le majeur (l’intellect et le cœur).

Et voilà, c’était une introduction à l’utilisation des mudras dans le Qi Gong médical.

Il y a encore beaucoup à dire sur leur utilisation.

Je vais terminer cet article avec un autre mudra universelle 😊

Bonne énergie!

Longue vie et prospérité 🖖

Fatah 🐉

Cet article a 4 commentaires

  1. Un mudra seul ne suffit pour guérir ou réaliser autre chose, un mantra seul c’est pareil, les deux réunis çà ne suffit pas il faut une 3° chose, et là tout devient possible.

    1. Merci Alain pour ce commentaire 🙂

  2. merci pour ces explications très intéressantes

    1. merci pour votre commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu