Les résolutions de dragondubled.fr pour l’année du Chien

Les résolutions de dragondubled.fr pour l’année du Chien

L’année du Coq de Feu laisse sa place au Chien de Terre.

Qui dit Terre dit plus « d’ancrage » et « de stabilité ».

Il semblerait que cette année soit plus propice pour les petits lapinous comme moi qui étions en face du Coq.

Ce n’était rien de méchant mais beaucoup de choses étaient dans un statut « stagnation » et là visiblement ça à l’air de se débloquer voir même d’accélérer des projets que je n’avais pas prévus de faire avant deux ans au moins.

Je me suis associé à Denis Tran, qui partage les mêmes valeurs que moi, pour créer une nouvelle association:

Qi Gong Sans Frontières

En plus d’y proposer un enseignement commun de Qi Gong Thérapeutique pour la rentrée 2018, nous allons concocter pleins de petites choses sympas.

Notamment à destination des professeurs de Qi Gong et des praticiens de Médecine Chinoise. Ces sujets seront abordés en dehors du blog sur un site et une page Facebook dédiés!

Qui dit nouvelle année dit nouvelles résolutions.

Pas si nouvelles que ça! En cette année du chien, je vais revenir sur des sujets un peu « sensibles ».

La place du Qi Gong dans l’environnement actuel

Il y a quelques mois, j’avais évité de publier la partie 4 de la série d’articles LA FIÈVRE DU QI GONG : LE RETOUR. Il était un petit peu trop avant-gardiste et il aurait été certainement mal interprété.

Je revenais sur ce que nous réservait la Chine avec « l’industrialisation » du Qi Gong de Santé et sur le fait que quelques écoles de Qi Gong s’étaient déjà mises en marche.

Ce sont justement certaines de ces écoles qui auraient pris ma démarche pour de la polémique.

D’autant plus que je revenais sur le consensus qu’il y a eu pour se rallier à la « Fédération Sport Pour Tous » et proposer des diplômes, CQP et autres JJEESP, ce qui a donné encore plus de légitimité sur le fait d’assimiler le Qi Gong à un sport!

Bien évidemment, j’expliquais que ces écoles n’avaient d’autres choix que de se rabattre sous l’étendard des instances sportives sinon elles étaient hors la loi.

La très grande majorité de ces écoles savent très bien qu’il est impossible de réduire le Qi Gong à un sport…

Bon j’arrête là avec ce sujet, j’y reviendrai très prochainement dans un autre article.

La Médecine Traditionnelle Chinoise

Voilà un autre sujet à prendre avec des pincettes. J’avais écrit un article intitulé Usagers de Médecine Traditionnelle Chinoise!.

Visiblement cet article, qui en a amusé beaucoup, n’a pas plu à quelques personnes. J’ai ainsi pu constater qu’il y avait des personnes très susceptibles parmi les « adeptes » du Dirméch.

J’ai eu le droit à un joli texte avec un phrasé digne de Molière mais qui n’enlevait en rien son côté calomnieux et diffamatoire. Pourtant le fait d’avoir soutenu, à ma petite échelle, les initiatives du Dirméch n’y changeait rien, j’étais « une honte pour les blogueurs »… Bref après plusieurs échanges les choses se sont arrangées, on va dire que c’est le métier qui rentre  🙂

Cet épisode m’a permis au moins d’être prudent pour ne pas avoir à dépenser du temps inutilement en justification…

Il semblerait donc, je dis semblerait, il faut vérifier cette information, oui j’insiste exprès, qu’une des volontés du Dirméch est d’utiliser le terme « Médecine Traditionnelle Chinoise » pour décrire cette pratique millénaire constamment en mouvement comme l’est le Qi.

Dans le cas où cette information s’avérait vrai, j’en appelle au Dirméch:

Chers membres du Dirméch, merci encore pour le temps et le travail que vous avez fourni pour la reconnaissance de la Médecine Chinoise mais, s’il vous plait, continuez à respecter l’identité que vous vous êtes données, à savoir Dirméch : « Délégation pour l’intégration de la Reconnaissance de la Médecine Chinoise« .  Vous n’avez donc pas utilisé le terme TRADITIONNELLE et en ce qui me concerne, et je ne suis pas le seul, c’était aussi un des arguments qui m’a poussé à vous soutenir. J’avais bien remarqué l’utilisation répétée de ce mot dans vos textes mais j’avais l’espoir que ce n’était que provisoire.

J’aimerai traiter de sujet un peu plus « joyeux » que de revenir sur des principes qui devraient être admis depuis longtemps. Nos références francophones et anglo-saxonnes nous expliquent depuis des années que nous ne devrions pas parler de médecine traditionnelle chinoise mais tout simplement de médecine chinoise.

Certains diront:

Qu’est ce que ça peut faire d’utiliser le mot traditionnelle, on parle bien de médecine traditionnelle africaine ou amérindienne…

Le fait que les oreilles du plus grand nombre, celles des instances gouvernementales incluses, soient habituées à entendre ces trois mots, n’est pas une raison suffisante pour adopter définitivement un terme inapproprié. Si on commence à partir sur un postulat biaisé on est mal barré!

Mais bon je le répète, ceci reste à confirmer et je me trompe peut-être!

La littérature à l’usage des étudiants et des praticiens en Médecine Chinoise

Les ouvrages de Médecine Chinoise peuvent être très onéreux surtout pour un étudiant.

Il doit déjà faire le tri sur tout ce qui existe et faire des choix qui ne sont pas forcément les plus judicieux et il le sait.

Il se tourne alors vers des versions pdf qui tournent sur la toile, j’ai eu accès à une base de donnée impressionnante d’ouvrages scannées chez mes voisins suisses.

Je ne juge pas ici les étudiants ou ceux qui font circuler ces ouvrages numérisés. Perso, je préfère le support papier, le bouquin d’origine mais ça a un coût.

La publication de certains ouvrages peut-être très coûteux. Ce coût peut être justifié, j’y reviendrai peut-être dans un autre article.

Il serait intéressant de trouver une ou plusieurs solutions qui permettraient de rendre accessible ces ouvrages au plus grand nombre.

Pour cela, il faudrait que la Médecine Chinoise soit reconnue pour les non médecins. Ils seraient semble-t-il près de 8000 sans compter ceux qui sortent des écoles tous les ans et les milliers de curieux qui veulent en savoir plus sur cette médecine.

Ça commence à faire du monde. Si on a une instance officielle, composée d’experts en Médecine Chinoise, elle pourrait être garante de la qualité des ouvrages existants et à venir.

Il serait intéressant d’envisager la création d’une maison d’édition gérée par cette instance officielle.

Cette maison d’édition pourrait publier ou rééditer:

  • des livres existants mais moins chers à la manière des « livres de poche »
  • des nouveaux livres qui auraient été validés par ces experts
  • des mémoires de master, des mémoires de fin d’études, des thèses
  • des travaux de recherche
  • des articles
  • des actes de conférence
  • des manuels

Pour que ça marche, il faut que ce modèle soit économiquement rentable mais pas que.

J’ai assisté plusieurs fois à des échanges assez rocambolesques entre des praticiens de médecine chinoise chevronnés.

Certains ne veulent pas être publiés par telles ou telles maison d’édition par ce qu’ils n’apprécient pas les personnes qui y sont « mêlés » de près ou de loin.

D’autres ne veulent pas acheter des livres pour les mêmes raisons.

D’autres encore ne veulent pas faire la promotion d’ouvrages pourtant très bien à leur entourage encore pour les mêmes raisons.

Là encore je ne les juge pas mais c’est une réalité et je ne vous parle pas ici d’étudiants.

Cette maison d’édition permettrait d’avoir un label neutre qui pourrait empêcher ce genre de réflexion contre-productif.

Ce n’est qu’une idée…

Que vient faire cette photo ici ? Elle n’a rien à voir avec ce qui vient d’être écrit, quoi que… Je compte aussi écrire des articles sur les arts martiaux internes méconnus, il n’y a pas que le Taichi Chuan ou le Bagua Zhang. Cette photo montre une posture spécifique d’un art interne.

Petite devinette, de quelle pratique martiale interne s’agit-il et un peu plus facile, de quel film cette image est-elle tirée?

Il y aura donc d’autres sujets comme des articles sur le Yang Sheng.

Et pour finir, c’est facile…

Et oui c’est facile de balancer plein de choses assis derrière son écran et encore plus quand on ne fait partie d’aucune fédération de Qi Gong ou de Médecine Chinoise.

« QUI JE SUIS » ou « QUELLE LÉGITIMITÉ » j’ai pour aborder ces questions?

Je suis un gars qui se pose des questions et qui s’est aperçu qu’il était loin d’être le seul à se les poser!

Je l’ai écrit plusieurs fois je respecte tout le travail qui a été fait par ces fédérations depuis leur création. Ce sont des centaines d’heures de travail et parfois bénévolement, on ne peut que les en remercier mais j’ai commencé la médecine chinoise en 2003 et le constat est là:

La médecine chinoise n’est toujours pas reconnue pour les non médecins et le Qi Gong est devenu un sport!

Une des dénominations de mon activité se dit en chinois :

气功外气疗法医者 (Qìgōng wài qì liáofǎ Yīzhě): Guérisseur en soin externe en Qi Gong

Vu comme c’est parti, je serai assimilé à un guérisseur sportif!

Pour ceux qui me répètent que sans cette reconnaissance de la médecine chinoise je ne pourrai « exister » en tant que praticien et aux autres qui insistent que sans « ralliement » à Sport Pour Tous je serai hors la loi; je ne dirai que chose:

je serais praticien en Yoga du Dragon du bled

Jusqu’au jour où le Yoga sera assimilé aussi au sport et là je trouverai autre chose…

D’ici là, je n’ai ni l’envie et encore moins le temps de faire de la « polémique ». C’est toujours bien de poser des questions même si elles dérangent.

Et si plusieurs personnes se les posent aussi, c’est qu’elles sont peut-être légitimes.

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année du Chien, que tous vos projets personnels comme professionnels se réalisent dans la joie et la bonne humeur!

Si vous souhaitez être au courant des prochains articles vous pouvez vous inscrire – ici

Bonne énergie !

Fatah

 

Cet article a 2 commentaires

  1. « The Grandmaster », Won Kar Waï, pour la photo !!

    La posture, no idea, je suppose que la réponse est dans le film? En tout cas, ça fait classe au milieu des ennemis terrassés…

    1. Oui c’est ça et le style c’est du baji quan

Laisser un commentaire

Fermer le menu